Pour tenter d’endiguer l’épidémie de coronavirus qui se propage chaque jour un peu plus en France, le gouvernement a interdit les rassemblements de plus de 5.000 personnes en milieu confiné dans tout le pays. L’église catholique a également demandé aux prêtres de prendre des mesures de précaution pendant la messe. 

Alors que le coronavirus Covid-19 se propage chaque jour un peu plus en France, l’Église catholique prend des mesures pour aider à contenir sa progression. Les messes où de nombreux fidèles se rassemblent chaque week-end, sont particulièrement concernées.

Dans l’hexagone, les messes dominicales sont annulées dans les diocèses de l’Oise et du Morbihan ainsi que dans plusieurs communes de Haute-Savoie  où le nombre de malades est particulièrement importantes. Dans les communes moins impactées, l’Eglise catholique préconise la mise en place de différentes mesures  de précautions.

L’archevêque de Paris, Mgr Michel Aupetit,  qui est médecin de formation, a demandé aux prêtres de France de “contribuer à la lutte contre l’épidémie et de suivre les dernières recommandations” du ministère de la Santé. L’archevêque les a priés de vider l’eau des bénitiers, de ne pas boire le vin au calice, de ne pas pratiquer d’«échange de paix» afin d’éviter que les fidèles ne se serrent la main durant la messe et d’arrêter la communion eucharistique dans la bouche.

Ce dimanche, le Conseil français du culte musulman a également demandé aux imams de prendre le même type de mesure : privilégier la salutation orale et à distance et retirer des lieux d’ablutions des mosquées les serviettes à usage multiple pour les remplacer par des serviettes à usage unique.

Un impact sur les enterrements, les mariages et les baptêmes

Dans le Morbihan et l’Oise ou un arrêté préfectoral a interdit les rassemblements, dont les messes, jusqu’au 14 mars, les obsèques et les mariages sont également impactés. « Les obsèques ne seront célébrées qu’en présence de la famille du défunt et du cercle des plus proches », annonce le diocèse de Vannes. Quant aux mariages et baptêmes, ils ne seront célébrés qu’en présence des familles.

“Il est clair, pour moi, comme chrétien catholique et comme évêque, que la santé publique est un bien très précieux qui peut justifier, en tout cas temporairement, des modifications à l’exercice habituel des libertés comme la liberté du culte”, explique Mgr Jacques-Benoit Gonnin, l’évêque de Beauvais, dans l’Oise.

La décision d’annuler les messes a provoqué de nombreuses réactions parmi les fidèles dont certains trouvent la décision exagérée. Nos confrères du Parisien, qui sont allés les rencontrer dans l’Oise ont recueilli le témoignage de l’un d’eux, Jean-Michel qui est lui favorable à cette mesure et qui rappelle plein de bon sens que  « ce n’est quand même pas dramatique puisqu’on a la messe du dimanche à la télé… ». Et la messe du dimanche à la télévision, si vous n’être pas devant France 2 au moment du Jour du Seigneur, vous pouvez la regarder en replay en cliquant ici.