Je fais un don

Pourquoi les musulmans jeûnent-ils pendant le mois du ramadan et en quoi consiste-t-il ? D’où vient cette tradition du jeûne ? Comment le jeûne permet aux fidèles de se reconnecter avec eux-mêmes et avec Dieu ?

Tous Frères a décidé de s’intéresser au mois du ramadan chez les musulmans avec le verbe jeûner. Pour démarrer l’émission, Luciano s’est inspiré des textes du Coran en nous rappelant pourquoi le Prophète demande aux fidèles de pratiquer le jeûne. Le jeûne du mois du ramadan constitue d’ailleurs le 4ième pilier de l’Islam. 

Nous irons ensuite à La Réunion, suivre Ryaz Desai et les bénévoles de l’association ACJT (Association Culturelle des Jeunes du Tampon). Le ramadan ne se limite pas qu’aux restrictions alimentaires, c’est aussi l’occasion pour les jeunes d’organiser des distributions de colis alimentaires. Pour Ryaz Desai : "pendant le ramadan, on prend encore plus conscience des choses, on se sent de nature encore plus généreuse". En visioconférence depuis La Réunion, l’imam Mohamad Bhagatte nous rappellera ce que dit le Coran sur la pratique du jeûne pour les musulmans, qu’il y a des règles à respecter. Mais le jeûne du ramadan, c’est l’occasion de se retrouver en famille et aussi pour faire communauté. Le portrait de Tous Frères est consacré à Foundi Sami. Ce Mahorais de 60 ans pratique le jeûne tous les lundis et jeudis. Une habitude qu’il a acquise dès son plus jeune âge et qui lui vient de son père : "on a posé la question au messager, pourquoi il jeûnait ces jours-là ? Il a répondu que nos actions montent au ciel et qu’il préfère être pur à ces moments-là". 

Le décryptage de la semaine est dédié à la religion catholique avec le jeûne pendant le carême et nous verrons quel est le lien avec le jeûne eucharistique. Enfin, les dernières paroles de l’émission seront données par deux jeunes Mahoraises, Kildat Abdou-Kalame et son amie, Mayounne Abdallah. Pour elles, quand on jeûne : "on essaie de travailler sur nos faiblesses en essayant d'être plus endurantes dans notre comportement, dans les bonnes œuvres, pour qu’on puisse garder cette endurance au-delà du mois de ramadan."