Le 10 décembre 2021, le pape François nomme Mgr Alain Ransay, évêque de Cayenne. Âgé de 60 ans, il prendra son poste courant janvier 2022 dans un diocèse marqué par des accusations à l’encontre de son prédécesseur, Mgr Emmanuel Lafont, et dont la place est restée vacante depuis le 20 octobre 2020.

Qui est le nouvel évêque de Cayenne ?

Le père Alain Ransay est né à La Trinité, en Martinique, en 1961. De formation scientifique, il enseigne, dans un premier temps, les mathématiques. Il entre ensuite au séminaire d’Avignon en 1986. En 1992, il obtient une licence canonique en théologie de l’Université catholique de Lyon et est ordonné prêtre le 27 décembre, pour l’Archidiocèse de Saint-Pierre et Fort-de-France, à Sainte-Marie en Martinique.

Il occupe ensuite plusieurs postes comme vicaire, curé, aumônier et professeur au séminaire. Parlant couramment quatre langues (français, anglais, créole et espagnol), il publie en 2018 aux éditions Saint Paul, S’épanouir malgré les blessures : La vie humaine en dix étapes.

Le père Alain Ransay, ayant toujours eu à cœur d’annoncer l’évangile, a été désigné nouvel évêque de Cayenne, le 10 décembre 2021 par le Vatican. Il prendra ses fonctions courant janvier 2022.

Point sur l’Église de Guyane
L’Église catholique détient un statut particulier en Guyane. Le diocèse de Cayenne réunit plus de 260 000 habitants, 26 paroisses et 5 doyennés, 14 établissements scolaires d’enseignement catholique et 37 prêtres en activité. Considéré par Mgr Dubost comme un « diocèse composite », il est composé de six communautés religieuses différentes, avec des origines très diverses (Créoles, Hmong, Amérindiens, métropolitains, Surinam, Haïtiens, Libanais et Chinois).

En savoir plus

Un diocèse dans la tourmente

Mgr Alain Ransay arrive dans un diocèse soumis à de fortes tensions depuis 2020. En effet, son prédécesseur, Mgr Emmanuel Lafont, a été mis en cause dans une enquête judiciaire pour « abus de faiblesse » et « harcèlement moral ». Il est aussi soumis à une enquête canonique depuis le mois d’avril 2021.

Le 26 octobre 2020, Mgr Emmanuel Lafont, alors évêque de Cayenne, vient juste d’avoir 75 ans. Selon la règle canonique, il est coutume lorsque l’âge de la retraite épiscopale est atteint, de présenter sa lettre de démission. Celle-ci est acceptée le jour-même par le pape François. Cette prise de décision immédiate survient quelques jours après une plainte de l’évêque déposée contre un jeune haïtien de 28 ans pour vol avec violence, et de l’ouverture d’une enquête préliminaire. Le jeune homme, en attente de régularisation et hébergé par Mgr Emmanuel Lafont, conteste ces accusations et indique, au contraire, avoir été obligé d’avoir des relations sexuelles par celui-ci, en échange d’une aide pour obtenir des papiers. C’est lorsqu’il obtient l’asile, que l’homme porte plainte contre Mgr Emmanuel Lafont pour « abus de faiblesse ».

Ouverture d’une enquête canonique

Mgr Emmanuel Lafont décide de se retirer à Camopi, une commune amérindienne de Guyane. Ayant pourtant œuvré pour une Église proche et solidaire de tous les peuples, il laisse un diocèse divisé et en perte de crédit moral. Le 2 avril 2021, le Vatican ouvre une enquête canonique pour vérifier ces accusations.

| À regarder – Emmanuel Lafont : L’évêque missionnaire |

Cette enquête est confiée à Mgr David Macaire, archevêque de Saint-Pierre et Fort-de-France, et Mgr Michel Dubost est nommé administrateur apostolique, en attendant la désignation d’un nouvel évêque. Ce dernier est chargé de recueillir les témoignages de prêtres et de paroissiens ayant côtoyé l’ancien évêque de Cayenne. Des rumeurs, datant de 2008, remettaient déjà en cause les mœurs de Mgr Emmanuel Lafont et des perturbations que celles-ci engendraient au sein du diocèse.

Alors que d’autres accusations d’abus sexuels de la part de curés sont en cours d’investigation, Mgr David Macaire, qui s’est rendu sur place, du 4 au 8 décembre 2021, a appelé les catholiques de Guyane à faire preuve de prudence et d’espérance. La nomination successive du père Alain Ransay comme nouvel évêque de Cayenne, s’est voulue rassurante pour l’avenir d’une Église devant retrouver la confiance des fidèles. Dans un communiqué publié, vendredi 10 décembre, Mgr Alain Ransay a demandé à Dieu « que notre diocèse soit comme un phare qui fasse rayonner l’Évangile du Christ à la face de tous ses habitants et que sa lumière dépasse de très loin les frontières du territoire ».